Téléphone 03 21 30 45 41

Réparer les corps et les âmes, après des mutilations sexuelles

Article extrait du journal "le Monde" du jeudi 17 08 2017

Le chirurgien Pierre Foldès a ouvert avec Frédérique Martz un centre d'accueil pour les femmes victimes de violences à Saint-Germain-en-Laye (78).

L'institut de santé génésique de Saint-Germain-en-Laye a ouvert ses portes en janvier 2014, parrainé par l'humoriste Florence Forresti.

La technique de réparation est désormais enseignée dans les facultés de chirurgie. Elle est aussi remboursée depuis 2004 par la Sécurité sociale en France, condition pour que toutes les femmes qui le souhaitent puissent y avoir recours.

Depuis trois ans, le centre a reçu près d'un millier de femmes, qui se transmettent l'adresse par le bouche-à-oreille. Trente pour cent consultent pour des douleurs liées à l'excision. Les autres sont en grande majorité victimes d'abus et de coups dans leur couple et orientées là par les services de la préfecture, de la mairie ou de santé.

"Peser les enjeux" de Pierre Foldès et Frédérique Martz

Astou dit qu' "ils se complètent, c'est plus facile de poser certaines questions à une femme". L'une de ses amies, opérée en 2010 n'a pas bénéficié d'accompagnement. "Elle a été perdue, elle pensait que l'opération suffisait. En fait cela se travaille, dans le corps et dans la tête".

Prochaine étape, la création d'un réseau international de centres, qui pourrait démarrer en Suisse, au Burkina Faso et en Côte d'Ivoire. "Il faut peser les enjeux, ne pas risquer la vie des médecins ou des femmes opérées sur place, dit le chirurgien. Dans certains pays, le fait de s'intéresser au sexe féminin n'est pas bien vu, cela expose à des menaces". Dans le couloir blanc où s'affichent photos et témoignages de femmes, on peut lire cette phrase près du comptoir d'accueil : "Ceux qui pensent que c'est impossible sont priés de ne pas déranger ceux qui essaient".

Nos partenaires